jeudi 13 mai 2010

LE BÂTON



« Dans le chaos du monde, pour arpenter la terre, sa terre, l’homme a besoin d’un bâton de voyageur, épée spirituelle pour tenir à distance ses démons.

C’est avec ce symbole axial du monde, que, depuis toujours, l’homme pérégrine en direction de la Terre Promise, la terre fertile.

Il lui sert de tuteur servant à s’appuyer comme le disciple s’appuie sur les conseils avisés de son Maître »…. « Si l’endurance et le dépouillement sont nécessaires, l’homme qui pérégrine sur les routes le sait, le bâton est un accessoire indispensable »…. « Au Moyen Âge, la canne du pèlerin avait toutes les tailles, toutes les formes. Ce qui importe, aujourd’hui comme hier, c’est d’en trouver une à notre mesure pour suivre notre chemin et entreprendre la métamorphose qui nous est propre.

Notre chemin n’est pas le plus fréquenté puisqu’il nous est réservé. On se trompe d’avenir en suivant les cohortes sur les routes….Nous avons besoin d’un bâton pour nous affranchir des contraintes naturelles qui barrent notre marche. Pour ne pas se perdre, la géométrie va nous guider, comme un fil invisible, une toile de lumière sous nos pas.

Le chemin est fait d’une succession d’empreintes. Chaque homme, chaque jour, laisse la sienne. Il y a des traces qui égarent, d’autres qui mènent à destination. »

Extrait : « Le Tracé du Maître » de J-L Leguay.