jeudi 23 juin 2011

Fête du feu en l'honneur de Bel ou Belen

"Il est d'usage, dans chaque localité du midi, d'allumer des feux de joie, la veille de la saint Jean.
Autrefois, cette cérémonie présentait un caractère officiel : la municipalité se rendait à l'église, d'où le curé, suivi de ses ouailles, allait bénir le bucher, auquel les autorités civiles mettaient solennellement le feu. Aujourd'hui, dans beaucoup d'endroits, cette cérémonie a perdu toute physionomie religieuse : la municipalité s'abstient même d'y prendre part.

Toutefois les habitants continuent d'allumer les feux de la Saint-Jean, de danser autour d'eux et
même de sauter par-dessus.

Cet usage nous est resté de l'ancien culte du Soleil. On sait, en effet, que dans la plus haute antiquité, les Orientaux avaient l'habitude, au solstice d'été, d'allumer, à minuit, des feux qui figuraient le renouvellement de l'année.

Les Chaldéens allumaient ainsi des feux en l'honneur de Baal, le dieu qui, chez eux, représentait le soleil.
Les Grecs avaient, aux environs du solstice d'été, une fête du soleil et de la lune, dans laquelle ils faisaient des feux de joie.
Enfin nos ancêtres les Celtes, les Gaulois, les Celto-Lygiens célébraient, à la même époque, une fête du feu en l'honneur de Bel ou Belen, "le guerrier aux cheveux d'or, aux rayons de flamme", le Roi-Soleil qui "réchauffe le coeur des braves, qui fait croître le blé, la vigne....."

Toutes ces fêtes et cérémonie en l'honneur du Soleil ou Feu étaient donc usitées chez nous longtemps avant le christianisme, et, pour se les approprier, l'Eglise n'eut qu'a substituer le nom de saint Jean-Baptiste à celui des dieux grecs ou gaulois."

(A.Michel - 1893 : "Des Traces laissées par le paganisme dans le midi -

plus particuliérement en Provence")