lundi 18 juillet 2011

Le Cœur et le symbolisme du centre


Le cœur, lorsqu’il est pris, en relation avec son rôle dans la physiologie des émotions, comme synonyme de courage ou d’amour, n’a qu’un sens métaphorique.

Son premier sens symbolique, par lequel il s’inscrit véritablement dans la « langue sacrée », est celui de centre, dont il partage toutes les connotations.

Comme le dit René Guénon, dans ses Symboles fondamentaux de la science sacrée (p47):

«Partout, le cœur est envisagé comme le centre de l’être, centre à la fois divin et humain dans les applications multiples auxquelles il donne lieu. »

(Extrait de l’ouvrage de Roger Parisot : « Le Cœur »)

« Je termine ces lignes dans le Sahara sud-oranais où le P. de Foucauld arbora, au milieu des sables d’or, le rouge Cœur sommé d’une croix ;- ce Cœur de l’Homme qui a accepté le dépôt terrible de la Foi, dont, selon un verset coranique, le ciel, la terre et les montagnes avaient refusé de se charger. »

(Emile Dermenghem, in le « Cœur », Etudes Carmélitaines – 1950)