mercredi 11 avril 2012

Bientôt aux Editions de la Tarente :



« Cet ouvrage aujourd’hui rare et épuisé depuis long­temps a été et reste une référence pour tous les histo­riens de l’Ordre qui l’ont étudié et cité.

Juste Marie Raynouard s’appuie sur des documents aujourd’hui disparus, empruntés aux archives du Vati­can par Napoléon Ier.

Dans son introduction, Philippe Subrini décrit fort bien le chemin qu’ils ont emprunté et comment l’au­teur s’en est servi pour décrire les dernières heures de l’Ordre du Temple.

,,, J’ai pensé que j’ajouterais peut-être aux titres de gloire de ma patrie, et au juste respect qu’inspire le caractère national, si je recueillais, avec zèle et im­partialité, les preuves de l’innocence de l’Ordre et des Chevaliers...

Voici ainsi résumé l’état d’esprit avec lequel Raynouard aborde ce sujet maintes fois traité pour lequel tant d’hommes se sont passionnés.

Nous vous proposons cet ouvrage accompagné d’une biographie de l’auteur et d’une introduction nous permettant de le resituer dans son contexte. » (NDLE)

Albert-Louis Caillet nous précise à propos de cet ouvrage

« C’est l’ouvrage en quelque sorte classique, le plus exact en ce qui concerne les citations et les documents. Il se termine par un appendice qui est un trésor d’érudition et dans lequel se trouve un examen des diverses procédures faites dans toute la chrétienté contre les Templiers et une référence des pièces inédites. » (Manuel bibliographique des sciences psychiques ou occultes, Paris, L. Dorbon, 1912, t. III, n° 9173)

In,8 – 216, pages – 25€